AccueilFAQRechercherPortailMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Elegbara, l'idole de bois vivante

Aller en bas 
AuteurMessage
Elegbara
Gens du peuple
avatar

Masculin

MessageSujet: Elegbara, l'idole de bois vivante   Lun 11 Jan - 22:19

Nom: Elegbara, l’homme de bois vivant
Age: 58 ans
Sexe: Masculin
Race: Humain, possiblement touché par les esprits
Origine: Archipel

Physique:
Cette idole vivante fait un mètre soixante-dix et semble en bonne forme pour un homme de son âge. Il a conservé une agilité et une souplesse qui fait l’envie de certains pourtant plus jeunes, et malgré sa tendance à s’assoupir n’importe où, il est capable d’endurance prodigieuse lorsque nécessaire, surtout pour certains rituels particulièrement longs. Le teint fortement marqué par les années de ce patriarche d’Archipel possède la teinte brun-gris de l’écorce; sa peau est d’ailleurs parcourue d’étranges rides qui lui donnent davantage cet aspect végétal qui est la raison derrière son surnom « d’homme de bois vivant ». Ses longs cheveux gris retombent abondamment sur ses épaules et dans son dos sans donner signe de calvitie, et la moustache et la barbe qui pendent à son menton semblent presque aussi longs. À moins que le climat soit inhabituellement froid, il est généralement vu torse nu, ne portant qu’un ample pantalon brunâtre. Sa poitrine est généralement recouverte de peintures tribales, et de nombreux tatouages attestent des épreuves qu’il a traversées. Il est également bardé de talismans, d’amulettes et de phylactères qui pendent de son cou et de ses bras : la rumeur veut qu’il soit protégé de tout sauf de la vieillesse, et il y travaillerait!

Personnalité:
Elegbara semble souvent un peu gâteux, presque sénile, lorsqu’il n’est pas en train d’exercer en tant que chaman. Il vit chaque moment pleinement, sans exubérance démesurée ni hésitation inutile. Son attitude peut changer rapidement si les circonstances l’exigent, et il ne parle jamais à la légère avec les dieux d’Archipel. En tant que chaman, il est doté de la volonté de fer et de l’ouverture spirituelle nécessaire à ses fonctions.

Peur: Vieillir est une hantise constante pour lui, et le spectre de sa mort le suit dans son esprit. Conservateur et traditionaliste, il a également des appréhensions quant au modernisme et aux influences extérieures qui pourraient bouleverser Archipel.

Titre/Réputation: L’homme de bois vivant, patriarche, grand chaman, marcheur de rêves.

Talent(s):
Elegbara peut aisément entrer dans une transe chamanique en fredonnant un chant tribal pendant quelques secondes au rythme d'un djembé qu'il a seulement besoin d'entendre dans sa tête. Pendant qu’il est dans cet état second, il peut marcher dans les rêves du monde invisible en quittant son corps ou ouvrir le portail éthéré pour évoquer un esprit dans le monde des mortels. Sans utiliser d’énergies extérieures, il peut maintenir la transe pendant près d’une demi-heure, un temps très prolongé même pour un chaman d’expérience.
Comme tout bon chaman, il peut également sentir le vent invisible et les esprits qui le déplacent autour de lui, voir les yeux fermés, reconnaitre les fétiches naturels et en faire des talismans en éveillant leurs propriétés latentes. Il excelle cependant à communiquer avec les esprits, à les appeler et à les bannir au besoin. Il n’a par contre jamais appris les capacités plus exotiques liées à la transe chamaniques, comme la lévitation et les prémonitions, préférant se concentrer sur son rôle en tant que gardien du voile entre les deux mondes.
Presque inconnu de ses pairs, il a également expérimenté avec la manipulation des énergies et des auras, et bien qu’il ignore tout de l’approche scientifique que les méthodologistes prônent, il a appris les bases de l’envoutement. Partie magie, partie psychologie, et un grain d’hypnose, il est considéré comme un grand médiateur à cause de sa capacité à amener les gens à « voir son point de vue ».

Faiblesse(s):
Outre son incompétence martiale flagrante et sa force physique défaillante en raison de son âge, Elegbara est son propre ennemi sur plusieurs points. Il est si sédentaire et conservateur qu’il ne saurait même pas piloter une embarcation plus grande qu’un canot à rames, mais surtout, il a réalisé que les dieux ne sont pas ce qu’ils sont et a rejoint à contrecœur la « conspiration d’Archipel ». Il cherche à comprendre ce qui fait réellement tourner le monde, mais le temps lui manque et ses responsabilités grandissantes l’empêchent de consacrer ses ressources à de tels projets sans se faire remarquer.

Possessions:
Les possessions « magiques » de l’homme de bois vivant sont innombrables : une panoplie incommensurable de fétiches, talismans et amulettes dont il serait difficile d’identifier les propriétés (pour ajouter à la confusion, Elegbara porte volontairement des babioles sans aucun pouvoir qu’il a purifiées pour éviter toute interférence); des sables colorés, du tabac, de l’encens, du charbon et bien d’autres choses utiles pour les rituels; son athamé, la dague rituelle qu’il porte à la ceinture; des baguettes faites de diverses essences, emballées individuellement, toutes taillées à la main et longue comme son avant-bras; etc. Toutes ces choses n’ont pour la plupart qu’un pouvoir très symbolique et personnel. Il a également sur lui en permanence une pipe sculptée par son fils et une tabatière bien garnie.

Histoire:
Né sur Archipel il y a de cela plus d’un demi-siècle, il fut élevé par son père, lui-même chaman, après que sa mère mourut en lui donnant naissance. Alors que ses deux frères et sa sœur n’avait vraisemblablement aucun pouvoir magique, Elegbara semblait prédestiné à marcher dans les traces de son père. Celui-ci, un homme très conservateur, lui transmis dons ses valeurs, son amour d’Archipel et des dieux et le besoin de protéger le tout. À 14 ans, Elegbara reçut un signe des esprits qu’il était prêt à être initié : alors qu’il médite et se pratique à voir les yeux fermés sous un arbre, celui-ci est foudroyé par un éclair. Avec un pied dans chaque monde, Elegbara est une proie facile. C’est un choc : l’esprit profite de la surprise du jeune chaman pour se réfugier dans son corps, ne sachant pas qu’il était déjà maitre de ses pouvoirs naissants. Paniqué, Elegbara expulse l’esprit blessé, mais le dieu de l’arbre laisse sa marque : la peau d’Elegbara acquiert dès lors un teint d’écorce, et à mesure qu’il vieillira, sa peau prendra davantage l’aspect de celle-ci.

Alors qu'il est âgé 21 ans, Elegbara épouse une femme d’un autre village malgré l’opposition des parents dans une mise en scène magistrale qui laissera les témoins marqués. Il alla plaider sa cause aux dieux des deux villages et fit un accord en échange de leur complicité. Il les somma ensuite de comparaitre devant les familles et les villageois assemblés. Les dieux, selon l’accord secret passé avec le jeune chaman, accordèrent publiquement leur bénédiction pour le mariage. Les parents n'eurent alors d’autre choix que d’abdiquer et de consentir à ce mariage favorisé des dieux. Trois ans plus tard, elle lui donna un fils, puis deux filles alors qu’il est âgé de 28 et 34 ans, mais le malheur vient frapper à la dernière naissance: le dernier accouchement est fatal pour l'épouse venant de fêter ses trente ans, et Elegbara se blâmera pour ce décès : il n’avait pas rempli pleinement ses fonctions de chaman, et les dieux le punissaient en reprenant ce qu’ils lui avaient accordé. Confiant ses enfants à sa sœur, il se consacre alors à son rôle de médiateur entre les hommes et les dieux.

Lorsque son père s’éteint à l’âge de 71 ans, le fils prend sa place comme patriarche du village. Il révèle alors au grand jour sa puissance spirituelle. Il gagne rapidement en notoriété devient un des grands patriarches d’Archipel, ce qui se rapproche le plus d’une position politique dans cette région qui ne prête allégeance qu'aux dieux. Il s'élève en tant que grand médiateur, réglant de nombreuses disputes et oeuvrant pour l'unification des peuples souverains d'Archipel. Malgré ses valeurs conservatrices, il est conscient du vent de changement qui souffle, et la patience de la monarchie burganaise pourrait bientôt atteindre ses limites. Espérant qu'il vivra assez longtemps pour assurer la postérité de "ses" îles, il essaie d'instiguer des notions d'appartenance patriotique à des tribus qui croient que les dieux les protègeront quoiqu'il advienne.

Spécialiste de l’Invisible, il est devenu un des Gardiens du Voile, responsable de veiller à ce que les dieux et les mortels interagissent selon les traditions établies. Simultanément, il en est venu à la conclusion que les esprits ne sont pas aussi omnipotents et omniscients qu’ils le prétendent. Il a depuis rejoint la conspiration d’Archipel.

Motivation:
Protéger Archipel des influences extérieures (spirituelles ou autre); découvrir la vérité sur les esprits, les fantômes, les brumes et le fonctionnement du monde (ironiquement, il pourrait être amené à utiliser les méthodes scientifiques des méthodologistes pour le faire).

Note(s):
Ohoyo, la soeur d'Elegbara qui a élevé ses enfants après la mort de sa femme, habite toujours le village en tant que sage-femme malgré ses 72 ans.
Un de leur frère est mort d'une maladie pulmonaire il y a près de trente ans; Wakeda, son jumeau, en fut si troublé qu'il quitta l'archipel et ne fut plus jamais revu ensuite.
Les trois enfants d'Elegbara sont toujours vivants et actifs sur Archipel, bien qu'ils soient maintenant plus distants de leur père, sauf Uchenna, qui avait dix ans lorsque sa mère est morte et qui comprend le chagrin du patriarche.
Uchenna, le fils ainé, est âgé de 34 ans. Il a fondé sa propre famille et vit du travail du bois.
Ubende, la fille puinée, a 30 ans et est mère de famille. Elle a rompu les liens avec Elegbara et Ohoyo en allant vivre avec son mari sur une des iles mineures d'Archipel
Idrissa est la fille cadette, agée de 24 ans. Elle n'est toujours pas mariée et refuse les prétendants. En secret, elle a découvert qu'elle possède un don magique comparable à son père à son âge. Elle attend un signe des esprits qui signifiera qu'elle peut commencer son entrainement chamanique.

Si Elegbara apprenait le talent magique de sa fille, il pourrait tirer une conclusion dérangeante: son père était le cadet de sa famille et chaman; Elegbara est le cadet également, et sa fille est la plus jeune de ses enfants. Tous sont les derniers nés d'un mariage, et Elegbara n'a jamais connu sa grand-mère. Y aurait-il une malédiction sur sa famille? Chaque fois qu'une femme de cette dynastie magique donne naissance à un enfant doué pour la magie, doit-elle mourir en couche?


Dernière édition par Brume le Mer 20 Jan - 9:56, édité 4 fois (Raison : fautes de frappes et d'orthographe grammatical et d'usage)
Revenir en haut Aller en bas
Brume
Poisson dans l'eau
avatar

Féminin

MessageSujet: Re: Elegbara, l'idole de bois vivante   Mer 13 Jan - 21:44

Bienvenue à Archipel!

Je vous remercie de faire partie de l'administration du forum d'Oaesis et je vous annonce que votre personnage est accepté!

Dès l'ouverture officielle du forum, vous allez pouvoir commencer à "poster" dans la section en-jeu!

J'espère vous voir commenter dans les présentations des joueurs à venir: surtout dans celles des personnages qui font partie de votre équipage et dans celles des gens d'Archipel et tous les "sorciers" en général!

Bon jeu!

L'administration.

~~~~~~~

Votre administration...
Revenir en haut Aller en bas
http://oaesis.forumactif.com
 
Elegbara, l'idole de bois vivante
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une fabrique de jouets en bois
» Faire du mastic à bois
» [Terminé] Robin des bois ? Non...
» Ecu de bois ou de métal??
» Promenons-nous dans les bois... [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les mers d'Oaesis :: Présentations :: Présentations acceptées-
Sauter vers: